Max, les femmes et la religion

Publié le par Nanne

  Le petit monde de la rue Krochmalna -
  Isaac Bashevis Singer - (Folio n°2487)




Fichier hébergé par Archive-Host.com"Max faisait le bilan de sa vie. Son père, un voiturier, avait été un homme pieux qui donnait jusqu'à sa dernière petite pièce de monnaie pour que Max puisse aller au heder. Mais celui-ci n'était pas attiré par l'étude. Il sautait la moitié des prières quand il fallait les réciter et jouer à des jeux de hasard le jour du shabbat. Il aimait les filles, se bagarrait souvent avec les garçons juifs et chrétiens. A Roszkow, il s'était acquis une réputation de tricheur, de truqueur, de mauvais sujet".

Max Barabander est un ancien truand, reconverti dans la direction d'un théâtre et dans l'immobilier à Buenos Aires. En revenant à Varsovie, il espère retrouver sa jeunesse perdue et se régénérer spirituellement. Mais la véritable raison de son retour en Pologne, c'est de trouver une nouvelle petite amie qui remplacerait Rochelle - sa femme - devenue folle et frigide. C'est en cherchant à joindre un certain Max le Borgne - chef de la pègre locale - sorte de rabbin des voleurs, que Max se retrouve
Fichier hébergé par Archive-Host.com rue Krochmalna. Il se rend compte que rien n'a changé depuis son départ pour l'Argentine. "La même saleté, la même pauvreté. Des femmes assises par terre vendaient des fruits pourris, des oignons tout épluchés, des oeufs fêlés et des chaussettes raccommodées". A la vue de celle-ci, Max se jure de ne plus y remettre les pieds. Mais vous savez qu'il existe un monde entre ce que l'on dit et ce que l'on fait. A défaut de trouver le rabbin des voleurs, il rencontrera le rabbin tout court. Mais le destin veille. Il fait la connaissance de Tsirele, fille du rabbin, dont Max croît tomber amoureux. Pour arriver à l'approcher, il lui ment en lui racontant qu'il est sans famille depuis la mort de sa femme et qu'il est revenu en Pologne pour se recueillir sur la tombe de ses parents à Roszkow. Dès lors, Max comprend qu'il vient de s'enfoncer dans le mensonge et qu'il doit aller jusqu'au bout de son objectif. "Il était venu en Pologne pour commettre quelque chose, mais il ne savait pas quoi. S'il ne parvenait pas à se sortir du trou dans lequel il était tombé, il ne voyait plus une seule raison de rentrer chez lui".

En tentant d'obtenir un rendez-vous galant avec Tsirele, Max ne sait plus s'il essaie simplement de la séduire ou s'il veut faire sa vie avec elle. Tout cela à cause d'un psychiatre berlinois qui lui a prescrit de tomber amoureux pour guérir de son mal. Depuis, il est bien décidé à guérir, peut importe les moyens. De toute façon, Max a toujours eu
Fichier hébergé par Archive-Host.coml'âme d'un truand. Même rangé dans les affaires, en étant membre de la très stricte Congrégation des enterrements, il n'a jamais rêvé que de coups douteux, de cambriolages, de fausses fabrications. Il lui est impossible de se départir de son envie de corrompre toutes les femmes qu'il rencontre, les épouses ou les fiancées probes et innocentes. "[...] toute sa vie n'avait été que tromperies et vols. [...]. Il était devenu un voleur "professionnel". Puis il avait commencé à voler de l'amour - enfin, si on pouvait appeler cela de l'amour. Il fallait toujours qu'il ait recours à des moyens détournés, qu'il trouve des prétextes, qu'il invente des excuses, qu'il trompe les femmes".

C'est toujours rue Krochmalna que Max Barabander fait la connaissance de Reyzl Kork, dont la soeur est tenancière de maison close à Buenos Aires. Celle-ci propose à Max de devenir sa maîtresse et de faire la traîte des blanches avec elle par la même occasion. Grâce à Reyzl, Max retrouve ce qu'il avait perdu avec toutes les autres femmes - dont la sienne -, sa virilité masculine. D'un coup, tout s'éclaire pour lui. Il n'épousera pas Tsirele, la fille du rabbin, parce que Max a une morale religieuse malgré son passé turbulent. Il ne quittera jamais sa femme, m'amènera jamais Reyzl Kork en Argentine, ni même la pauvre Basha, domestique.

Fichier hébergé par Archive-Host.comEn fait, Max ne sait pas ce qu'il veut exactement. Il hésite, tergiverse, revient sur tout ce qu'il échaffaude, entreprend. C'est un insatisfait chronique qui oscille en permanence entre crainte religieuse et de l'au-delà et la truanderie, qui est son seul moteur. Dans "Le petit monde de la rue Krochmalna" on revient dans un quartier et - au-delà - dans un monde qui a complètement disparu en Pologne. La rue Krochmalna, où Isaac Bashevis Signer a passé son enfance, la fait revivre en même temps que son atmosphère particulière. C'est le coeur du quartier Juif de Varsovie avec ses odeurs de fruits, d'épices et de parfums d'été. On rencontre des personnages uniques, presque irréels, des rabbin hassidiques perdus dans l'étude de leurs textes religieux, des femmes qui colportent les ragots de rue en rue, les enfants sales vivant dans la rue, les tailleurs, les cordonniers travaillant dehors, les étudiants, la cuisine et ses odeurs qui se répand de porte en porte, les rites religieux qui se perpétuent et l'observance de ceux-ci même chez les pires des voleurs, des truands. La rue Krochmalna était un village au coeur de Varsovie ... avant de devenir le centre du ghetto où toute cette culture disparaîtra. Comme toujours avec Isaac Bashevis Singer, il y a un savoureux mélange de ferveur religieuse, de tradition, de yiddish et de ces hommes et de ces femmes. Et c'est merveilleux.

ABC 2008

Publié dans Livres ABC

Commenter cet article

Gachucha 04/02/2008 10:32

C'est vrai que Singer nous offre un témoignage à nul autre pareil. Je n'ai pas lu ce titre (que je note), mais j'avais ressenti ça à la lecture du "Certificat"

Nanne 04/02/2008 20:59

Je suis tout à fait d'accord avec toi, Gachucha. Bashevis Singer a transmis un témoignage capital à travers ses oeuvres, celui d'un monde qui n'existe plus, qui a disparu. Heureusement pour nous, lecteurs assidus, ils nous restent ses livres comme preuve de cette existence. "Le petit monde de la rue Krochmalna" en fait partie.

GeishaNellie 31/01/2008 23:31

C'est un livre qui me semble vraiment intéressant.Je me permet aussi de te rendre ton compliment et de t'avouer que ton blog est vraiment magnifique et ça se voit que tu y travailles très fort, tu y as intégré des photos magnifiques. Félicitation.

Nanne 03/02/2008 08:28

Merci pour tous ces compliments, GeishaNellie, cela me touche énormément. J'essaie de le rendre attractif et de le montrer comme j'aime la vie, avec des mots et des photos o))) Pour le livre d'Isaac Bashevis Singer, c'est une histoire merveilleuse sur un monde qui n'existe plus en Pologne, mais que l'auteur sait faire renaître le temps de sa lecture. Si tu ne le connais pas, il faut absolument que tu le découvres, car c'est un auteur fabuleux. Tu peux aller sur le site de Florinette qui a parlé d'un autre de ses livres "Shosha". A très bientôt, ici ou là ...