Les familles du Dorsoduro

Publié le par Nanne

     De Venise à Venise - Pier Maria Pasinetti
      (Piccolo Liana Levi)





"Il est presque superflu de rappeler que Venise, et le Sestiere de Dorsoduro en particulier, ont toujours eu coutume d'accueillir un pot-pourri bigarré de gens et de situations de toutes provenances, et de les assimiler".

Ainsi est Venise, ville-joyau posée sur son écrin couleur de mer. A Venise, rien n'est tout à fait pareil. Il y a toujours un décalage entre ce qui se prépare à Venise, dans Dorsoduro en particulier, et à Rome. Si dans la capitale tout fini par passer aux oubliettes, à Dordosuro tout refait toujours surface, deux jours ou deux ans plus tard. Mais chaque chose ou événement réapparaît ou se réalise. Il en est ainsi des conversations entre les habitants de Dorsoduro. Elles sont interminables, et reviennent sans cesse. "[...] ainsi les conversations ne se terminent jamais à Dorsoduro mais elles ont un pouvoir de réfraction comme l'eau, à l'infini, toujours ranimées, en mouvement".

Il en est ainsi des Rumeurs. A Dorsoduro, elles ont toute leur place. Elles n'épargnent rien, ni -
PMPasinetti.jpg surtout - personne. Et à Dorsoduro, plus qu'ailleurs, elles ont du grain à moudre. A commencer par les habitants du palais Bialievski où vivent de vieilles familles vénitiennes : les Balmarin, les Tolotta Pelz et Bialevski, maître des lieux. "Il existait donc entre ces deux familles demeurant dans le palais Bialevski, les Balmarin et les Tolotta Pelz, divers rapports et même une symétrie manifeste et assez curieuse, une sorte de jeu de "pendants" : du côté des Tolotta Pelz, il y avait ces dux filles, Maria Paola et Maria Mathilde, qui étaient à peu près du même âge que leurs vis-à-vis Corrado et Osvaldo du côté Balmarin [...]. Ces "pendants", qui sautaient aux yeux, étaient pas mal remarqués et raillés par les Rumeurs circulant dans la ville, surtout celles de Dorsoduro [...]". Outre ces familles vénitiennes vivant et animant depuis des générations ce quartier atypique de Venise, demeuraient deux femmes - Maria Afflita et Uga - concierges du palais, que l'on utilisait à l'occasion selon les besoins. Selon la Rumeur, Maria Afflita était considérée comme une pauvre sauvage idiote.

Dorsoduro_Pont.jpgMais revenons à ces familles qui peuplent ce palais du Dorsoduro. A commencer par les Balmarin. Alvise Balmarin, dentiste réputé - surnommé bien malgré lui le comte Gencive - est un Barnabotti. "Plusieurs des aristocrates qui se sont trouvés ruinés au 18ème Siècle lors des derniers temps de la République de Venise, s'étaient concentrés à Dorsoduro, dans la paroisse de San Barnaba, d'où ce surnom de "barnabotti"". La Rumeur, tel un brouillard automnal sur la Lagune, s'est répandue sur la personnalité d'Alvise Balmarin. Il a la réputation d'un individu extravagant, voire même frappé de folie manifeste, en comparaison de son père - Aleardo Balmarin - professeur de médecine réputé pour sa rigueur. Cette Rumeur qui fait et défait les réputations les plus solides, affirme même qu'Alvise Balamrin serait un alcoolique notoire. Celui-ci est resté dans l'ignorance totale de cette Rumeur surfaite à son égard !!

Ce qui est certain et qui n'a rien à voir avec la Rumeur, c'est que Balmarin et Edoardo Bialevski se sont connus à Londres. De cette rencontre est née une amitié profonde et affectueuse.
venise_Palais.jpg Edoardo Bialevski "n'est ni anglais, ni américain, ni polonais, il est, si vous voulez vraiment le savoir, un type de Vénitien d'autrefois". Veuf très tôt d'une jeune vénitienne aux yeux violets et aux cheveux roux - Licia Tressa - à la santé physique et mentale fragiles, sont beau-père répandra sur son gendre des histoires qui auront tôt fait de se transformer en Rumeurs persistantes.

Autre ami intime d'Alise Balmarin et d'Edoardo Bialevski, vivant à l'étage noble du palais, Silvio Tolotta Pelz. "[...] des Rumeurs tendant à dénigrer son aspect le voyaient plutôt comme un cadavre juvénile très bien conservé, frais. Lorsqu'elles étaient toutes petites, ses filles l'avaient surnommé "le suaire" sans bien savoir ce que le terme signifiait. Il pouvait être exceptionnellement sûr de lui-même [...]. Et loin d'être mort, il pouvait au contraire devenir d'une vivacité extrême". Silvio Tolotta Pelz aurait donné n'importe quoi pour posséder un titre nobiliaire, alors qu'il était le fils d'une aliénée mentale.

Tout ce petit monde vit en autarcie au sein d'un palais du Dorsoduro. Ils s'aiment, se haïssent, se rencontrent, viennent et repartent. Des couples se font et se défont au gré du temps et des humeurs. La Rumeur circule sur Dorsoduro comme le zéphire. Que dire de plus sur ce livre de Pasinetti qui nous fait revivre une des quartiers zattere-dorsoduro-nuit.jpgmythiques et précieux de Venise ? "De Venise à Venise" est un livre magnifiquement écrit, drôle, fin, raffiné, rempli d'un humour subtile, un peu à la manière des grands films italiens ... mais terriblement lent. Les histoires de ces trois familles se mêlent, s'entremêlent, se mélangent et se perdent. Il y a tellement d'histoires différentes avec tant de personnages que le lecteur a parfois du mal à s'y retrouver. On en vient à être pris de vertiges et d'avoir envie d'arrêter sa lecture avant la fin. Ce serait une erreur, mais j'ai parfois été tentée de le faire.

ABC 2008

Publié dans Livres ABC

Commenter cet article

Lou 01/06/2008 19:10

Encore un magnifique article, merci Nanne ! Ce livre plaira sans aucun doute à ma mère, amoureuse de l'Italie et totalement omnubilée par Venise depuis quelques mois.

Nanne 02/06/2008 20:33


Merci pour ce compliment. Je vais finir par rougir ;o))) Ce livre est une ode à Venise et au Dorsoduro en particulier, quartier mythique de cette superbe ville. Mais je te préviens que sa lecture
est très lente, parce qu'il n'y a pas vraiment une histoire, mais plutôt des histoires de familles. C'est plutôt original et très surprenant. Mais je ne regrette pas sa lecture, même si j'ai songé
(au début) à l'arrêter !!!!


:0095: Maître Po 30/05/2008 08:17

La gencive, le suaire... les personnages ont des surnoms imagés ;-ÞCe livre fait penser un peu à l'Immeuble Yacoubian, dans sa construction. Bonne journée, Nanne ;-)

Nanne 30/05/2008 21:57


Les personnages de ce livres sont à l'image de leur surnom, plutôt fantasques, originaux. Ils font vivre ce quartier mythique de Venise qu'est le Dorsoduro. Les histoires de chacun se mêlent et se
démêlent. C'est un imbroglio de situations souvent très drôles avec des dialogues subtils.

Comme un hasard fait très bien les choses, j'ai prévu de lire "l'Immeuble Yacoubian" très vite. Donc, je pourrai comparer la construction de ces deux ouvrages.

Merci, Maître Po, bon week end et à très bientôt :o)))


florinette 29/05/2008 18:11

Tout ceci donne envie de partir à Venise, une ville que j'adorerais visiter !!Bonne soirée Nanne, bises ! :-) 

Nanne 30/05/2008 21:52


C'est vrai que ce livre donne envie de partir visiter Venise ... en amoureux :o))) Ce doit être une ville extraordinaire et magique. A lire cet ouvrage, c'est l'impression que cela donne.

Bon week end à toi, Florinette. Bises et à bientôt ...