Biographie de la femme morderne

Publié le par Nanne

                 La femme gelée - Annie Ernaux
                     (Folio n° 1818)



Livre_Lafemmegelee.jpg"Mes femmes à moi, elles avaient toutes le verbe haut, des corps mal surveillés, trop lourds ou trop plats, des doigts râpeux, des figures pas fardées du tout ou alors le paquet, du voyant, en grosses taches aux joues et aux lèvres. [...] elles ne soupçonnaient pas que la poussière doit s'enlever tous les jours, elles avaient travaillé ou travaillaient aux champs, à l'usine, dans des petits commerces ouverts du matin au soir".

Ainsi sont les femmes qui ont peuplé l'enfance d'Annie Ernaux. De la grand-mère qui, à défaut d'être devenue institutrice, a été mère de six enfants accrochés à ses jupes après avoir élevé ses cinq frères et soeurs, à la tante Elise, "[...] tanguante de graisse mais vive, un peu cracra [...]", en passant par la tante Caroline, jamais chez elle, toujours à cultiver son potager ou à discuter avec les voisines. Et sa mère, "Elle est la force et la tempête, mais aussi la beauté, la curiosité des choses, figure de proue qui m'ouvre l'avenir et m'affirme qu'il ne faut jamais avoir peur de rien ni de personne". Une lutteuse, cette mère. Une battante, volontaire, entraînant dans son sillage un homme
Annie_Ernaux.jpg tendre, doux, tranquille.

Couple moderne bien avant l'heure, ils se partagent l'ensemble des taches ménagères aussi bien que celles du café-épicerie. D'un côté, l'impatience des clientes, de l'autre la bonhommie des consommateurs qui n'avaient cure du temps qui passe. L'enfance d'Annie Ernaux entre un père aimant, adoré, adulé, toujours présent dans les petits et les grands moments de sa vie, et une mère si différente des autres, qui l'incite à avoir de l'imagination grâce à la lecture, les jeux, l'écriture, l'histoire. "Et je me souviens de ces lectures qu'elle a favorisées comme d'une ouverture sur le monde".

Pas que du bonheur dans
son éducation, mais une belle découverte : celle d'apprendre que les filles ne sont ni inférieures, ni supérieures aux garçons. "Ni virilité, ni féminité, j'en connaîtrai les mots plus tard, que les mots, je ne sais pas encore bien ce qu'ils représentent [...]". Elle l'apprendra plus tard. A l'âge adulte. Pour le moment, c'est l'époque de l'innocence, de l'insouciance, des jeux. Pas ceux des petites filles Femmes_usine.jpgmodèles, plutôt ceux des garçons.

Mais déjà pointent les affres de l'adolescence et son cortège de doutes, de remises en cause, de questionnement. Le corps change au moment où s'envole la futilité. Envie de plaire aux garçons et peur de ne pas être comme les autres. "[...] je vais valoriser tout ce qui me paraissait alors si moche, indicible, mon corps réel, le plaisir, ma conscience fugitive de ne pas être une vraie fille bien féminine [...]". Eveil à la sexualité, avec sa copine Brigitte. Entre envie et répulsion, cette attirance pour les garçons. Volonté d'apprendre à les connaître, en restant soi, malgré tout ; malgré la peur de la solitude imposée, du cliché de vieille fille qui effraie.

Le bas, enfin. Ouf. La délivrance de cette incertitude sur l'avenir. La réussite d'une première étape franchie. Besoin d'avoir de l'ambition, de s'assumer, d'être indépendante, d'exister par soi et pour soi. Devenir prof, après quelques hésitations sur d'autres voies. "Prof, le mot qui ploufe comme un caillou dans une flaque, femmes victorieuses, reines des classes, adorées ou haïes, jamais insignifiantes, je ne me pose pas la question de savoir à laquelle je ressemblerai". Rencontre, au cours de sa vie d'étudiante douce et calme, de son double intellectuel, au masculin. Et les parents qui veulent savoir l'avenir
Egalitedessexes.jpg personnel de leur fille unique. Le mariage, comme une raison d'être, d'exister, un accomplissement, un adoubement pour entrer dans la vraie vie, la vie d'adulte.

Et le mariage, logique, après incertitude, selon les codes, les
usages, les bonnes moeurs. Accepter de renoncer à sa liberté chérie, absolue, totale. Le premier enfant - le Bicou - nouveau signe d'enferment dans sa nouvelle vie de femme au foyer, de renoncement à ses rêves d'enfant et ses vélléités d'indépendance. Pourquoi donc vouloir un diplôme, alors que l'on peut s'épanouir dans la maternité, dans son ménage ? Entêtée, malgré reproches et arguments pour la faire renoncer à son projet. Son CAPES, elle le veut, l'exige. C'est sa bouée de sauvetage.  L'honneur des femmes qu'elle porte en elle.

Horreur de sa nouvelle vie. Impression d'enlisement, de noyade, d'inutilité. "J'ai vécu jour après jour la différence entre lui et moi, coulé dans un univers rétréci, bourrée jusqu'à la gueule de minuscules soucis. De solitude. Je suis devenue la gardienne du foyer, la préposée à la subsistance des êtres et à l'entretien des choses". Depuis son mariage, une quête effrénée de l'égalité entre son mari et elle. A force d'acharnement, de ténacité, le diplôme tant attendu, obtenu. Réussite sans joie. Mais aussi plaisir, jouissance, de la toute-puissance. Une autre vie. Enfin.

"La femme gelée" d'Annie Ernaux parle d'elle et de toutes les femmes qui ont toujours combattu
Egalitehomme_femme.jpgpour mener de front vie professionnelle et personnelle. La recherche de la parité entre elle et lui, sexuelle, sociale, familiale dans le partage des taches ménagères, dans l'éducation des enfants. C'est un livre à la fois doux et tendre sur son enfance et ses désirs d'adulte accomplie ; mais aussi dur et amer, cynique, sur la réalité du couple moderne, sur l'inégalité malgré les diplômes, les études. C'est une histoire de lutte ; une histoire de femme dans une société complexe. Pas de militantisme, mais un récit sobre et dépouillé sur le quotidien de la plupart d'entre nous.

Publié dans Romans francophones

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

maudub 29/07/2008 15:04

C'est joli comme un conte de fées... mais on oublie souvent l'affreuse sorcière... Le jour ou les hommes français ont admis que les femmes étaient leurs égales, les femmes ont perdu du jour au lendemain toutes les qualités qui les faisaient supérieures aux hommes.... !! Alors, peut-être que quelques intellectuelles privilégiées profitent de ce nouveau statut et peuvent changer de male du jour au lendemain, mais il y a, aujourd'hui, en France, des millions de femmes, qui vivent dans la misère, en élevant seules leurs enfants, juste pour avoir , un jour, pris leurs désirs pour des réalités, et refusé un contrat solide avec un homme...

Nanne 01/08/2008 08:38


Il est édifiant de croire que les femmes puissent encore vouloir vivre comme nos aïeules sous l'empire d'un homme qui les prenaient pour des faire-valoir ...


liliba 25/07/2008 13:43

Je ne l'ai pas lu, mais ton billet est vraiment intéressant, et j'aime bien cet auteur.

Nanne 28/07/2008 20:15


Annie Ernaux est une auteure que j'aime particulièrement parce qu'elle décrit très bien des situations simples, banales, courantes et les rend belles, intéressantes, vivantes. On ne s'ennuie jamais
quand on la lit. C'est vraiment une écrivain à découvrir, Liliba ...


Anne-Sophie 23/07/2008 11:31

Bonjour Nanne,j'ai lu ce livre il y a quelques années, à l'époque où je découvrais l'auteur... cxe livre m'avait bouleversé... J'avais aimé à la fois l'écriture comme le parcours de cette femme, parcours commn à de nombreuses femmes empesées par le poids de la société et des convenances.Je te souhaite de bonnes vacances !

Nanne 28/07/2008 20:10


Bonsoir Anne-Sophie,
C'est grâce à toi que j'ai lu ce livre que j'ai trouvé il y a quelque temps déjà. J'aime beaucoup le style d'écriture d'Annie Ernaux. Elle sait raconter la banalité d'une vie et la rendre
intéressante et captivante. Son parcours ressemble à beaucoup de femmes de sa génération qui ont dû se battre pour avoir à la fois une vie professionnelle et personnelle. Elle le rend très bien
dans ce livre authentique.

Je te souhaite à mon tour de bonnes et belles vacances ensoleillées.