L'âme de Prague

Publié le par Nanne

        La Pleurante des rues de Prague - Sylvie Germain
          (Folio n°2590)



Image hébergée gratuitement chez www.imagehotel.net"Elle est entrée dans le livre. Elle est entrée dans les pages du livre comme un vagabond pénètre dans une maison vide, dans un jardin à l'abandon. Elle est entrée, soudain. Mais cela faisait des années déjà qu'elle rodait autour du livre. Elle frôlait le livre qui cependant n'existait pas encore, elle en feuilletait les pages non écrites et certains jours, même, elle a fait bruire imperceptiblement ces pages blanches en attente de mots".

Ainsi débute les premières apparitions de la Pleurante. On ne sait rien ou bien peu de choses sur elle. Elle erre dans les livres, au gré des rues et des vieux quartiers empreints d'histoires grandes ou petites. Elle est aussi bien mot que bruit ou encore murmure. La Pleurante recueille les âmes des morts qui se sont perdues et vont ça et là, à travers les rues de la ville et à travers le temps infini.

Bien que la Pleurante se fasse rare dans ses démonstrations, dès qu'elle surgit furtivement, ou
Image hébergée gratuitement chez www.imagehotel.netpour plus longtemps, les lieux gardent sa présence indélébile. "Elle ne s'est montrée que peu de fois, et toujours très brièvement. Mais chaque fois sa présence fut extrême. Une vision liée à un lieu, émanée des pierres d'une ville. Sa ville, - Prague. Jamais elle n'a paru ailleurs [...]". A peine apparue, la Pleurante s'évanouit des lieux qu'elle investit. Pour ceux qui la croisent, elle marque leur mémoire à jamais.

La Pleurante n'a pas de visage, pas d'apparence propre, même si elle prend la forme d'une femme sans âge pour ceux qui l'aperçoivent. Elle ne possède pas de visage, parce qu'elle est pluriel. Ses traits renferment les portraits des habitants de Prague et il est à la confluence de toutes les larmes, de tous les chuchotements de la ville, de toutes les douleurs de l'histoire de cette cité. "Ce sont ces larmes d'inconsolés qui bruissent dans le grand corps immatériel de la Pleurante des rues de Prague, et ces inconsolés sont aussi bien des vivants que des morts".

Car la Pleurante de Prague sait ranimer les voix du passé, de l'histoire, des
mots. Dans un tourbillon de vent, elle peut d'un coup faire remonter en surface des voix que l'on croyait définitivement tues, des voix avec des mots détruits, oubliés, endormis, cachés dans les maisons désertées. Image hébergée gratuitement chez www.imagehotel.net"Elle recèle tant de noms dans les replis de sa robe effilochée qu'ils pourraient, tous ces noms, former un peuple. Comme les noms gravés sur les murs des mémoriaux".

A Prague, où elle vague parmi les ombres du passé, la Pleurante peut se manifester dans n'importe quel lieu, à n'importe quel instant du jour ou de la nuit. Il n'est pas de saison, pas d'endroits, de places, de carrefours, qui lui soit interdit.

"La Pleurante des rues de Prague" de Sylvie Germain nous invite à revivre l'histoire de Prague, ville magique s'il en est. La Pleurante est l'âme de cette capitale, l'icône de sa vie intellectuelle et l'incarnation de toutes les souffrances - grandes et petites - passées. On suit cette évanescence le long des rues, au hasard des faubourgs, dans les immeubles délaissés, dans les friches, le long du fleuve. On ne saura jamais si cette Pleurante - frêle apparition - est un songe issu de l'imaginaire de cette auteure douée ou une réalité vécue. A-t-elle été vue par ceux et celles qui prennent réellement le temps d'apprendre à connaître Prague ? Nul ne le saura jamais. Et c'est très bien, puisque l'on peut laisser son imagination errer le long des pages et se laisser entraîner dans cette quête effrénée à la recherche de la Pleurante de Prague. Ce dont on est
Image hébergée gratuitement chez www.imagehotel.net sûr, par contre, c'est que ce livre ne laisse pas indifférent. A mi-chemin entre le roman d'amour pour une ville et de l'essai en prose, "La Pleurante des rues de Prague" est la synthèse des douleurs engendrées par la fin d'un amour, par la disparition d'êtres chers et proches. L'écriture est rare et superbe, comme un poème en prose, aérien. Elle aide à surmonter la tristesse qui se fait jour derrière les mots.

Publié dans Essais - critiques

Commenter cet article

clovis simard 25/06/2011 12:55



Bonjour,


 


Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.


 


Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.


 


La Page No-2, THÉORÈME LOTOPHAGE.


La Page No-25, THÉORÈME DE L'ÂME.


 


Les HASARDS de L'ÂME HUMAINE ?


 


Cordialement


 


Clovis Simard



clovis simard 25/06/2011 12:55



Bonjour,


 


Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.


 


Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.


 


La Page No-2, THÉORÈME LOTOPHAGE.


La Page No-25, THÉORÈME DE L'ÂME.


 


Les HASARDS de L'ÂME HUMAINE ?


 


Cordialement


 


Clovis Simard



:0095: Maître Po 29/09/2008 03:04

J'ai un peu honte d'écrire ici sans parler d'un article si bien écrit qui parle d'un livre que je ne lirai sans doute jamais, tant ma propension à ne plus lire devient pathologique. Mais je voulais dire que je trouvais magnifique cette photo du Pont Charles et donc, Nanne, te remercier pour ce choix. Vala ;-)Code anti spam : (Livres à lire  ;-)

Nanne 30/09/2008 21:40


C'est dommage que tu manques de temps pour lire ce livre qui est un cri d'amour à Prague, Maître Po, surtout qu'il ne possède qu'une centaine de pages et se lit d'une traite ;-D Pour la photo du
pont Saint-Charles, il s'imposait naturellement tant il est représentatif du charme et du romantisme de cette ville d'Europe Centrale ... Et encore merci pour le compliment.


sybilline 22/09/2008 16:41

Ton article est vraiment très beau, Nanne! Tu as ressenti et éclairé pour nous ce petit roman fort hermétique d'une manière fort sensible

Nanne 24/09/2008 20:04


Merci beaucoup, Sybilline. Ton compliment me touche énormément car parler de ce roman n'est pas évident à faire.


Michel 21/09/2008 21:07

Trouvé ! donc la lecture ne devrait pas attendre trop longtamps ! ;-)

Nanne 24/09/2008 20:03


J'ai hâte que tu donnes ton avis (éclairé !!) sur ton blog, Michel :-)