Un américain à Paris

Publié le par Nanne

Paris est une fête - Ernest Hemingway (Folio)

Je l'accorde, le titre de l'article s'imposait de lui-même, par la période couverte d'une part - les années 1921 - 1928 - et le sujet traité, d'autre part - la vie d'Hemingway à Paris, alors jeune écrivain. J'avoue que Gershwin m'a été une bonne source d'inspiration dans ce cas-là. En dehors des influences jazz, il faut reconnaître que "Paris est une fête" est un livre à la confluence de la chronique et du roman. On y retrouve tout le talent de journaliste et de conteur d'Ernest Hemingway.

Tout au long de la lecture de "Paris est une fête", on sent son amour pour la ville éternelle, la ville lumière, celle des artistes et des bons vivants. On croirait presque qu'Ernest Hemingway a élevé un temple à ce bonheur disparu, pour se souvenir des beaux jours de sa jeunesse et de celle de la génération perdue, dont il sera le chef de file. On flâne avec lui le long de la Seine, dans les cafés des boulevards Saint-Michel et Saint-Germain, à Montparnasse, à la Closerie des Lilas. "La CLoserie des Lilas était, jadis, une café où se réunissaient plus ou moins régulièrement des poètes, dont le dernier, parmi les plus importants, avait été Paul Fort, que je n'avais pas lu. Mais le seul poète que j'y rencontrais jamais fut Blaise Cendrars, avec son visage écrasé de boxeur et sa manche vide retenue par une épingle, roulant une cigarette avec la main qui lui restait".

La Closerie des Lilas n'est pas le seul endroit où se pose Hemingway, lors de ses longues marches dans Paris Bohème. Les jours où l'argent rentrait un peu dans l'escarcelle, Hemingway s'offrait une bonne table chez Lipp. On le retrouvait parfois chez Michaud, restaurant chic et cher où Joyce et sa famille avaient leurs habitudes. C'est surtout au Nègre de Toulouse, sur le boulevard Montparnasse, qu'Hemingway descendait pour déguster le cassoulet local.

Hemingway ne passait seulement ses journées à boire et à manger. Au cours de ses ballades, il rencontre une foule d'artistes et d'intellectuels français et étrangers. Ainsi, lorsqu'il se rend au Dôme, Hemingway y retrouve Pascin, toujours entouré de charmants modèles, sans cesse ivre. "Avec son chapeau sur la nuque, il ressemblait à un personnage de Broadway, vers la fin du siècle, bien plus qu'à un peintre charmant qu'il était, et plus tard, quand il se fut pendu, j'aimais me le rappeler tel qu'il était ce soir-là, au Dôme". Outre son amitié avec Pascin, Hemingway liera une complicité particluière avec Gertrude Stein, qu'il rencontrera la première fois au Jardin du Luxembourg, un jour de disette. Personnage atypique avec ses humeurs et son franc-parler, Gertrude Stein n'hésite pas à prodiguer des conseils sur la qualité d'écriture de celui-ci. C'est elle qui, un jour de grande colère contre la société, le qualifiera de génération perdue.

Mais Hemingway se liera aussi d'amitié avec l'écrivain américain Ezra Pound, ainsi qu'avec Francis Scott Fitzgerald - auteur de "Gatzby le magnifique" - et sa femme, Zelda. Il assistera à la lente et sûre déchéance de ce couple infernal. "Il se mettait au travai et dès qu'il travaillait bien, Zelda commençait à se plaindre de son ennui et l'entraînait dans quelque beuverie. Ils se disputaient, se réconciliaient, et ils faisaient de longues promenades avec moi pour dissiper les effets de l'alcool et prenait la résolution de se remettre au travail pour de bon, cette fois, et il repartait du bon pied. Et puis tout recommençait".

Avec "Paris est une fête", on suit Hemingway au long des rues, grandes ou petites, des boulevards et des quartiers pittoresques qui ont fait la réputation de Paris. On partage avec lui les galères heureuses d'un jeune écrivain en devenir, curieux de tout ce qui se faisait, se créait, s'imaginait. On retrouve l'atmosphère de la librairie de Sylvia Beach, rue de l'Odéon - Shakespeare & Cie - repère de tous les intellectuels de langue anglaise perdus dans Paris. C'était le port d'attache de beaucoup de futurs grand écrivians de cette époque. On s'émerveille de sa découverte des auteurs classiques russes et de Georges Simenon, alors à peine connu. Il avait un sentiment de supériorité sur certains riches, malgré sa pauvreté relative, parce que, disait-il "nous mangions bien et pour pas cher, nous buvions bien et pour pas cher, et nous dormions bien, et au chaud, ensemble, et nous nous aimions".

C'est une promenade légère et intellectuelle à laquelle nous convie Hemingway dans ce livre posthume. Paris a été pour lui une parenthèse de bonheur et de félicité, d'enchantement et de découverte, malgré les difficultés matérielles. Il vouera un culte éternel à cette ville. "Il n'y a jamais de fin à Paris et le souvenir qu'en gardent tous ceux qui y ont vécu diffère d'une personne à l'autre. [...] Paris valait toujours la peine, et vous receviez toujours quelque chose en retour de ce que vous lui donniez".

ABC 2007

Publié dans Livres ABC

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lou 29/04/2007 21:13

J'ai beaucoup apprécié ce livre aussi, alors que je suis loin de vraiment apprécier les romans très masculins de Hemingway. Je regrette juste un peu le portrait un peu ridicule fait de Fitzgerald, qui n'a pas pu y répondre...

Nanne 30/04/2007 08:32

"Paris est une fête" est certainement l'un des romans d'Hemingway les moins masculins de son oeuvre. Tu as tout à fait raison, Lou. De même, il est évident que le portrait de Scott Fitzgerald n'est pas très positif. Néanmoins, je pense qu'il avait une réelle admiration pour cet auteur surdoué. Il le montre tel qu'en lui-même, avec ses faiblesses et ses qualités. Comme tu le dis si bien, il est dommage que Fitzgérald n'ait pas pu y répondre ...

chiffonnette 26/04/2007 19:49

Et bien tu m'as donné envie de m'y remettre. L'adieu aux armes a été un des grands romans de mon adolescence. Et comme je m'installe bientôt dans la Ville Lumière, je crois bien que je vais aller voir ce que contient ce roman dont tu dis tant de bien!

Nanne 28/04/2007 08:22

Je crois Chiffonnette que "Paris est une fête" est un bon livre pour découvrir Paris et toute sa beauté et sa poésie. Ce livre pourrait presque servir de guide à un promeneur qui souhaite se ballader dans les quartiers pittoresques de la capitale. C'est un excellent livre, très poétique.

Loupiote 24/04/2007 20:53

"Le soleil se lève aussi" est absoluement magnifique. il se passe  aussi en grande partie à Paris. "Parie est une fête" se pourrait bien être mon prochain Hemingway !

Nanne 25/04/2007 08:12

Je n'ai pas encore lu "Le soleil se lève aussi". Mais je pense que je vais m'y mettre pour le plaisir de lire encore et toujours  Hemingway. Merci de ce rappel Loupiote.

Nanne 25/04/2007 08:12

Je n'ai pas encore lu "Le soleil se lève aussi". Mais je pense que je vais m'y mettre pour le plaisir de lire encore et toujours  Hemingway. Merci de ce rappel Loupiote.

Florinette 24/04/2007 17:44

Je les lu il y a quelque temps, mais j'ai pense qu'un jour, rien que pour le plaisir, je remettrais le nez dedans ! ;-)

Nanne 25/04/2007 08:14

Florinette, il faut absolument remettre le nez dans ce magnifique livre. Je te conseille aussi fortement de lire d'autres oeuvres d'Hemingway, qui est vraiment un auteur américain majeur. Il est un vrai bonheur et une perpétuelle source de découverte.

InColdBlog 24/04/2007 10:08

Voilà certainement le roman idéal pour moi pour découvrir cet écrivain.

Nanne 24/04/2007 17:42

Je crois que pour découvrir Hemingway, c'est un des meilleurs romans avec "L'adieu aux armes", qui raconte son engagement (romancé) dans la 1ère GM et l'incontournable "Pour qui sonne le glas".