Cinq mille ans avant le zéro

Publié le par Nanne

      Zéro ou les cinq vies d'Aémer - Denis Guedj 
        (Pocket n° 13124)






"[...] elle ne se souvenait ni d'où elle venait ni ou elle allait. Elle tourna la tête, aperçut le petit cône d'argile au creux de sa main. En se baissant pour le saisir dans le cratère, elle avait échappé aux bombardements américains. Son sourire brutalement interrompu explosa. Un calculus sumérien de plus de cinquante siècles venait de lui sauver la vie". A la question "Avez-vous de bons souvenirs concernant les mathématiques ?", il y a de fortes probabilités pour que votre réponse soit aucun !! Et pour vous réconcilier avec les chiffres, je vous conseille fortement ce livre aux senteurs orientales ... et à la logique cartésienne.

L'histoire commence cinquante siècles plus tôt, à Uruk en basse Mésopotamie. Tanmuzzi, grand propriétaire terrien, attend le retour de ses deux scribes - Askum et Huwa - partis rendre visite à Aémer, prêtresse du temple d'Inanna - déesse de l'Amour. Ils lui apportent un vase d'albâtre au nom de leur maître, en offrande à la déesse. Mais le vase sera brisé par un jeton d'argile, un calculus. Aémer comprend que c'est à la fois un avertissement et une injonction. Elle serait amante et aimée, fille et soeur, mais jamais mère ni épouse. Elle convie Tanmuzzi à lui rendre visite à Uruk. Celui-ci y découvre une ville grouillante, vivante et surpeuplée, bien loin de sa vie dans les steppes. "Les maisons se touchaient ! Et il y en avait des deux côtés de la rue. Collées les murs aux autres dans une incroyable diversité, certaines de plain-pied, d'autres munies d'escalier, de masures étriquées, côtoyant des résidences luxueuses ceinturées de murets. C'était donc cela, la ville".

Tanmuzzi et Aémer deviennent vite inséparables. Mais le pasteur se languit de ses steppes. Trop de monde, trop de maisons, trop de rues, trop de bruits. Il retournera dans ses pâtures pour y mourir. Après son décès, Askum découvre des tablettes d'argile, remplaçant les boules d'argile contenant les calculi. En tentant de déchiffrer les signes, il comprend le sens même de l'écriture. "C'était la preuve que l'écriture ne servait pas seulement à établir des contrats, qu'elle n'était pas uniquement liée à la comptabilité, aux nombres et à la gestion du monde. Elle permettait d'exprimer les sentiments et les pensées les plus profondes des êtres humains".

Et voici Ur, cité des souverains de Sumer. Aémer la brune, et Bilili la blonde, travaillent toutes les deux dans le plus célèbre cabaret de la ville, Au long chalumeau. Même âge, même goût de la vie et de ses plaisirs, elles sont respectées parce que prostituées, contrairement aux esclaves, maltraitées et marquées comme du bétail. Cependant, un détail les sépare : l'atmosphère de la ville. "Autant Bilili exécrait la ville, autant Aémer en raffolait. Elle n'aurait pas pu s'en passer : la multitude des rues bondées, la vie trépidante. Sauf au plus dur de l'été, les affreux après-midi de mort où toute vie cessait. Ces jours-là, et chaque fois qu'elle avait besoin de se retrouver seule, Aémer se rendait dans son lieu secret. [...] Ce lien était à présent inséparable d'Adappa". Adappa est un jeune garçon, fasciné par la beauté d'Aémer. Il veut devenir Dubsar - scribe libre - pour pouvoir écrire ce qu'il veut, sans dépendre de personne. Aémer lui demande d'être comme son Grand Frère, et de lui apprendre à écrire. ""U, a, i". De l'écriture de mots à l'écriture des sons. Adappa enseigna à Aémer les trois voyelles, l'utilisation des consonnes et la formation des syllabes".

Après Ur, l'histoire de l'écriture et du calcul se déplace à Babylone, alors centre de l'univers, capitale du plus puissant empire de la région, rendez-vous de tous les dieux. Aémer vient de quitter Uruk pour Babylone. A trente ans, elle décide de commencer une nouvelle existence. Elle est la première oniromancienne de Babylone et possède une grande renommée dans la connaissance des songes. Au milieu de la foule et de la circulation de la capitale, Aémer reconnaît son frère, disparu après le massacre de ses parents. Hattâru est responsable de l'Observatoire central de Babylone. "L'astronomie babylonienne était la plus avancée, surpassant celles des Grecs et des Egyptiens. Elle devait son avance aux dizaines de milliers d'observations accumulées durant des siècles [...]. D'autant qu'ils étaient en possession d'écrire les nombre d'une efficacité à nulle autre pareille".

 


L'ultime voyage à travers les origines de l'écriture et des mathématiques nous transporte dans le pays d'Irak al-Arabi et sa ville, Bagdad. Depuis quelques années déjà, les Arabes possèdent le secret de la fabrication du papier, ce qui est une véritable révolution dans le domaine de l'édition, permettant d'augmenter le nombres d'ouvrages et de répandre la culture. Aémer visite régulièrement le marché aux livres. Bien qu'elle sache lire, alors qu'elle est femme et esclave, ce n'est pas la passion de la lecture qui motive ses visites, mais plutôt le vol de livres rares. C'est sur ce marché qu'Aémer rencontre Mohand, étudiant passionné de mathématiques et d'astronomie. Son rêve est de devenir membre de la célèbre Maison de la Sagesse regroupant les savants de toutes disciplines comparant, traduisant et étudiant les versions des grandes oeuvres de l'Antiquité. Par ses études, Mohand comprend que l'écriture des nombres possède des défaillances. Rien ne peut repésenter l'absence. C'est un hindi qui lui apprendra comment combler l'espace. "Les Indiens ont inventé une langue spécifique pour les nombres, ils ont créé un véritable alphabet, un alphabet de dix "lettres". Dans cette langue, chaque nombre a un nom, et un seul. [...] Plus d'ambiguïté ! Dix figures seulement, autant que de doigts de la main, [...] suffisent à représenter TOUS LES NOMBRES DU MONDE ! Voilà ce que nous avons inventé". 

"Zéro ou les cinq vies d'Aémer" est une heureuse surprise, comme on aime en découvrir aux hasards de nos recherches chez les libraires, les bouquinistes ou dans les bibliothèques. Je ne pensais pas trouver un livre aussi palpitant, intéressant et riche de savoirs. On revisite l'origine de l'écriture et celle des mathématiques, des chiffres et l'invention du zéro, représentant l'absence, le rien, le vide.

"Les Arabes traduisirent le mot indien sunya en as-sifi, qui devient ziffer, puis zéphiro. Ziffer donna chiffre, Zéphiro donna Zéro. Ainsi le dernier venu donna son nom à tous les ... chiffres. Le zéro était devenu ce rien ... qui peut tout".

Publié dans Romans francophones

Commenter cet article

sylvie 24/12/2007 16:38

un petit passage express pour te fêter de joyeuses fêtes...

Nanne 25/12/2007 19:14

Merci pour ce passage furtif et ... heureux, sylvie. Merci beaucoup et bonnes et belles Fêtes de Noël à toi et à ta famille ... Que le Père Noël te soigne aux petits oignons, avec plein de livres à déguster et à partager .... sans modération avec les lecteurs et lectrices. A très bientôt pour de nouvelles aventures livresques o)))

michel 24/12/2007 15:28

Bonnes Fêtes à toi si silencieuse ...

Nanne 25/12/2007 19:11

Merci beaucoup, Michel .... Bonnes Fêtes de fin d'année à toi aussi et à ta petite famille ... Si je me fais silencieuse, c'est que Noël sonne comme la période de mon anniversaire. Donc, je me terre et attends patiemment que ces libations passent o))) Mais c'est promis, je reviens (très) bientôt, rassure-toi !!!

Praline 24/12/2007 13:39

Noté chez moi aussi, tu allonges ma PAL... Joyeux Noël !

Nanne 25/12/2007 19:09

Bonsoir Praline et bienvenue sur mon blog qui tente de parler des livres o))) Tu peux noter les yeux (presque) fermés ce livre qui a été une surprise agréable pour ce qui me concerne. Original et riche seraient les deux adjectifs pour le qualifier. C'est un voyage dans le temps et dans des lieux mythiques ... C'est un bon livre pour se réconcilier avec les maths o))) Merci encore pour ton passage et à très bientôt, ici ou là ... Joyeux Noël à toi et à ta famille !!!

boo 22/12/2007 10:33

J'ai ce livre ici dans ma boutique, je l'avais choisi, car il me semblait vraiment prenant, intéréssant, enfin tout ce que tu peux en dire, et là après ton billet je suis réconforté dans mon choix, alors peut-être, dès que le temps me le permettra, je le lirai.....En tout cas bravo pour ton billet très complet. Merci.Joyeux Noël !!! et bon bout d'An ( comme on dit chez moi !)

Nanne 25/12/2007 19:04

Merci Boo. Je suis sûre que ce livre te plaira et te conviendra parfaitement. Il retrace à merveille l'origine de l'écriture et du calcul dans une région assez extraordinaire, le Moyen Orient. Joyeux Noël à toi et à ta famille ... En espérant que le Père Noël sera (très) généreux avec toi o))) Comme je suis (très) superstitieuse, j'attendrai la Nouvelle Année pour t'envoyer mes voeux ...

sylvie 21/12/2007 09:46

et bien moi ça me tente beaucoup et ton article me donne vraiment envie. j'aime bien les livres qui nous font voyager de la sorte dans l'histoire en nous racontant des histoires .je note.et puis l'idée de m'interesser un peu aux chiffres grâce à la littérature n'est pas pour me déplaire.

Nanne 21/12/2007 21:14

Ne vous battez surtout pas o))) Chacune ses droits et ses priorités ... C'est un livre vraiment original qui aborde l'origine de l'écriture et des chiffres et du calcul grâce à un voyage dans le temps, dans une région actuellement sinistrée (Iran, Irak !!!) et merveilleuse ... Le début est un peu déroutant, mais les histoires s'enchaînent les unes aux autres pour boucler la boucle de l'histoire. Cet ouvrage a vraiment été une très belle et très heureuse surprise !!! Je pense que je vais tenter d'autres livres de cet auteur ... hors du commun o))