Catherine et le coureur de dot

Publié le par Nanne

          Washington Square - Henry James
                 (Piccolo Liana Levi)




Fichier hébergé par Archive-Host.comLe docteur Sloper, médecin new yorkais réputé, possède une situation financière et sociale qui lui apporte des patients de la bonne société. Il aurait tout pour être heureux, sauf que la naissance de sa fille - Catherine - a été une grande déception pour lui. Devenu prématurément veuf et décidé à se consacrer à sa vie professionnelle et mondaine, il demande à sa soeur Lavinia - veuve et pauvre - d'élever Catherine. "Pleine de santé, bien découplée, l'enfant n'avait rien de la beauté de sa mère. Elle n'était pas laide ; elle avait simplement un visage ordinaire, doux et atone. La remarque la plus obligeante jamais faite à son propos concernait sa "gentille" figure [...]". La pauvre Catherine, simple, modeste, bonne et affectueuse - bien que riche héritière d'un père fortuné et estimé - n'a toujours eu comme seul et unique horizon, à vingt ans, que sa tante Lavinia. Personne, dans son entourage, ne songerait à considérer Catherine Sloper comme un prix de beauté. Pour compenser sa timidité maladive, elle se fait remarquer par ses riches parures, ses toilettes opulentes et autres falbalas. Au grand dam de son père qui a en horreur la vulgarité. "Penser que son enfant pouvait être à la fois laide et trop pomponnée le faisait frémir".

Le bal donné à l'occasion des fiançailles de sa cousine - Marian Almond - va bouleverser la
Fichier hébergé par Archive-Host.com vie tranquille de la douce Catherine par la rencontre de Morris Townsend, cousin éloigné du futur époux. Tout le monde s'accorde à dire de lui que c'est un être très sociable, brillant, même s'il n'a pas encore de vraie situation. L'absence de fortune chez ce jeune homme n'est pas un handicap pour le docteur Sloper, dans la mesure où l'héritage de Catherine permettrait à celle-ci de vivre décemment avec son mari. "[...] le docteur n'avait jamais décrété que sa fille devait épouser un homme riche [...] et si un soupirant sans le sou et cependant capable de justifier de sa bonne conduite se mettait sur les rangs, il serait jugé en foncrion de ses mérites personnels".

Mais le docteur Sloper est un homme avisé, qui connaît très bien la nature humaine et ses failles. Il a vite fait de démasquer les intentions profondes et réelles de ce jeune ambitieux. Lorsque il apprend par la soeur de Morris Townsend que ce dernier n'est qu'un bon à rien, coureur de dot à la vie dissipée, vivant aux crochets des uns et des autres, égoïste et se cherchant une place lui permettant de vivre dans l'opulence et l'oisiveté, sa décision est prise à son égard. "La situation d'époux d'une femme nantie d'un caractère faible et d'une fortune solide lui conviendrait à merveille !".

Fichier hébergé par Archive-Host.comPour tester le bellâtre et son amour supposé pour Catherine, le docteur Sloper ne trouve rien de mieux que de déshériter sa fille, surtout parce que celle-ci persiste à continuer de voir Morris Townsend et à vouloir se marier sans son consentement. Dès que le futur époux apprend la nouvelle, il trouvera le moyen de se débarrasser de son encombrante fiancée en s'inventant un voyage d'affaires à la Nouvelle Orléans. Catherine, dans toute sa bonté et sa générosité, l'attendra tant bien que mal.

Dans "Washington Square", Henry James dissèque encore et toujours la nature humaine, ses forces et ses faiblesses, pour notre plus grand plaisir. Le docteur Sloper est un être cynique, à la critique acerbe, scrutant son entourage d'un oeil glacial. Il est méprisant envers les
autres, particulièrement envers sa fille et sa soeur. Catherine, malgré sa grande banalité et son intelligence limitée est un être remplie de mansuétude et d'humanité. Elle vit coincée entre son père arrogant, sa tante - écervelée et rêveuse invétérée d'un destin romasnesque - et Morris Townsend, jeune loup au dents longues. On est pris entre pitié et exaspération face à la pugnacité de cette pauvre Catherine qui tente - par tous les moyens - de retenir un homme qui n'aimeFichier hébergé par Archive-Host.com que l'argent et la parade. "Washington Square" est un merveilleux classique sur les sentiments et la spychologie humaine. C'est terriblement romantique et c'est une bonne chose. Merci à Florinette pour me l'avoir conseillé dans le cadre de mon challenge ABC 2008.

ABC 2008

Publié dans Livres ABC

Commenter cet article

Levraoueg 01/03/2008 09:43

Voici un billet qui donne envie.C'est exactement ce qu'il me fallait pour ma lettre J du Challenge ABC. Je le substitue immédiatement au choix provisoire que j'avais fait sans être très convaincue.Merci du tuyau !

Nanne 03/03/2008 20:23

Bienvenue à toi, Levraoueg, sur mon blog qui rassemble mes livres et mes photos ... Je suis heureuse que ce billet te plaise et te donne envie de lire Henry James qui est un auteur très riche en belles lectures. Je suis sûre que tu le trouveras à ton goût :o)))

lamousme 28/02/2008 12:47

alors au risque de grandemment t'etonner....j'adoreeeeeeeeeeeeeee!!!!!!   :o)))ben oui c'est quand même le plus anglais de tout les amméricains ;o)

Nanne 29/02/2008 20:13

Tiens, tu m'étonneras toujours, Lamousme ..... Tu aimes Henry James !!! J'aurais jamais cru cela possible o))) C'est vrai qu'il est terriblement british comme auteur américain ....

Choupynette 26/02/2008 13:06

Hé bien, je note alors, si Florinette et toi aimez;..!

Nanne 26/02/2008 21:06

Ahhh !!! Choupynette, je ne sais pas si Florinette et moi (surtout moi !!!) sommes un gage de qualité, mais ce que je peux dire c'est que Henry James l'est sans problème. "Washington Square" est un vrai chef d'oeuvre de la littérature américaine. Il décrit es personnalités à merveille. C'est très beau et très romantique ... Ce qui ne gâche rien o)))

Lou 26/02/2008 11:01

Très bel article, merci pour ce plaisir des mots !J'ai ce livre en attente dans ma PAL, j'ai très envie de le lire cette année.

Nanne 26/02/2008 21:04

Comme pour "Le portrait de Dorian Gray", Lou, je ne saurais trop te conseiller cette lecture de "Washington Square". C'est un très grand classique de Henry James que je connaissais mal. Je viens de le redécouvrir grâce à cet ouvrage et je peux dire qu'il ne sera pas le seul de cet auteur :o))) Tu ne regretteras pas de passer un moment de lecture aussi beau ...