La servante de Vermeer

Publié le par Nanne

     La jeune fille à la perle - Tracy Chevalier
         (Folio n° 3648)



Fichier hébergé par Archive-Host.comC'est par la guilde de Saint-Luc que le père de Griet - artiste céramiste devenu aveugle après l'explosion de son four - apprend que Vermeer est à la recherche d'une servante pour son atelier de peinture. "Ton père ayant entendu dire que ton nouveau maître cherchait une servante pour faire le ménage de son atelier sans rien déplacer, il a soumis ton nom en pensant qu'en sa qualité de directeur de la Guilde, et compte tenu des circonstances, Vermeer nous viendrait sans doute en aide".

Nous sommes à Delf, petite ville des Pays-Bas, au 17ème Siècle, et la douce et jeune Griet s'apprête à se mettre au service des Vermeer pour aider ses parents, dans le besoin depuis l'accident tragique du père. Elle va devoir faire face aux femmes qui trônent dans cette maison du quartier papiste, elle la protestante. A commencer par Tanneke - la gouvernante - qui perçoit Griet comme une menace potentielle sur ses prérogatives. Mais il y aussi Catharina, l'épouse de Vermeer, ainsi que Cornelia - l'une des six enfants du couple - à la personnalité versatile et perfide. Enfin, Maria Thins, la belle-mère de Vermeer, qui supervise toute la maisonnée.
Fichier hébergé par Archive-Host.com "Catharina, Tanneke et Cornelia étaient d'humeur changeante, mais, en général, elles me laissaient faire mon travail en paix. Peut-être fallait-il voir là l'influence de Maria Thins. Cette dernière avait, en effet, décidé, pour des raisons connues d'elle seule, que j'étais utile à la maisonnée et les autres, enfants y compris, avaient suivi son exemple".

Ce qui marque le plus la jeune Griet le jour de son arrivée chez Vermeer est la quantité de tableaux dans toutes les pièces de la maison, jusque
dans la cave qui lui servira de chambre. Elle qui n'en n'a presque jamais vu dans sa vie en sera impressionnée. En visitant la maison, Griet aperçoit une pièce dont la porte est fermée à clé. Le silence qui y prévaut lui indique de suite que c'est bien là l'atelier du peintre. Elle ressent immédiatement cet endroit comme une sorte d'île à l'abri des confusions du quotidien. "Cette pièce était en ordre, elle semblait exempte de la confusion de la vie quotidienne. On la sentait différente des autres pièces, on se serait presque cru dans une autre maison".

Fichier hébergé par Archive-Host.comCependant, cette prérogative de pouvoir aller et venir dans l'atelier de Vermeer pour y faire le ménage sans déplacer l'ordre des objets est sujet de jalousie de la part de Tanneke. En effet, Griet est la seule femme de la maison - avec Maria Thins - à être autorisée à pénétrer dans l'atelier du maître. Elle réussira néanmoins à l'amadouer, à l'apprivoiser, en trouvant toujours les mots justes pour flatter son amour propre.

Mais, petit à petit, sa nouvelle vie et les changements dans son quotidien éloignent Griet de ses parents. En revenant chez eux les dimanches, elle s'aperçoît que tout lui devient étranger dans la maison familiale. Surtout, Griet si pure et si fraîche, a perdu de son innocence et de sa pureté d'âme en apprenant à mentir à tout le monde et en rêvant secrètement de Vermeer. "Je n'aimais pas penser à lui avec femme et enfants. Je préférais l'imaginer seul dans son atelier. Ou pas seul, mais juste avec moi".

Au fur et à mesure du temps qui passe, Vermeer va introduire Griet dans son univers pictural, lui qui faisait à peine attention à elle. Il la chargera de préparer les couleurs pour ses futurs tableaux et lui apprendra le nom de chacune d'elles. Grâce au peintre, Griet sort de la banalité de son quotidien fait de lessives, de repassages, de ménages, de courses, pour aider Vermer dans son travail en lavant les substances pour les
débarrasserFichier hébergé par Archive-Host.com de leurs impuretés et leur faire rendre tout l'éclat de leur colori. Elle prend goût à sa nouvelle fonction, secrète.

Son travail auprès des enfants de la maison, les relations particulières qu'elle tisse avec Vermeer et l'amour qui naît entre Griet et Pieter - le boucher attitré de la famille - pourrait la combler d'aise. Seulement la rumeur enfle et se répand dans Delf, au marché d'abord, puis dans toute la ville. Il se dit que Vermeer va peindre le portrait de Griet. Cela ne la gênerait pas vraiment si Vermeer ne lui imposait comme condition de devoir porter les perles d'oreilles de Catharina. Griet en connaît les conséquences, Catharina ne faisant que tolérer sa présence. Si, en plus, Vermeer peint le portrait de la servante avec ses boucles d'oreilles, Catharina explosera et sa colère sera violente.

"La jeune fille à la perle" de Tracy Chevalier est un livre sur la pureté de l'innocence, sur la beauté intérieure et sur l'humilité. Il nous démontre que ces sentiments généreux peuvent être pervertis et entraîner le sacrifice des gens simples et bons comme l'est la jeune Griet. Elle qui pensait n'être que la servante d'un grand peintre de renommé, va devenir objet de convoitise, de
Fichier hébergé par Archive-Host.comjalousie, de méchanceté. Griet tentera bien de conserver son âme de jeune fille et sa morale protestante par tous les moyens, mais la tentation sera toujours présente, sous diverses formes, matérielles et spirituelles. Sa seule chance de salut sera la fuite définitive vers un monde qui lui ressemble et où elle trouvera - enfin - sa vraie place.

Ecrit sur le mode de la narration, à la première personne, c'est un livre qui nous fait vivre l'âge d'or de la peinture hollandaise. C'est beau, descriptif mais parfois un peu lent, figé, comme peuvent l'être les paysages des Pays-Bas.

Publié dans Romans étrangers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gilbert C. 12/11/2008 09:40

Alicia 10/05/2008 19:52

J'ai bien aimé cette oeuvre que j'ai trouvée pleine d'émotion. Le personnage de Griet, douce mais ferme, docile et patiente, gardant toujours ses pensées au plus profond d'elle-même, pudique. Son intelligence et sa grande sensibilité lui ont fait saisir l'oeuvre artistique de Wermer, ce que ce dernier n'a pas manqué de remarquer.

Nanne 10/05/2008 20:23


Tu parles très bien de cette belle oeuvre qu'est "La jeune fille à la perle", Alicia. C'est vrai que la jeune Griet est tout à la fois douce et ferme, qui sait ce qu'elle veut. Wermeer l'a
bien compris et en a fait un portrait tout à fait saisissant de vérité.


yueyin 21/04/2008 15:31

J'ai beaucoup aimé le fim et c'est ce qui m'a fait lire le roman pour lequel j'ai craqué...bizarrement je n'ai pasréussi à lire autre chose de tracy chevalier, je en sais pas pourquoi... Mais celui-ci était magique :-)

Nanne 22/04/2008 21:25


Je n'ai pas encore vu le film, Yueyin, dont tout le monde dit beaucoup de bien. Mais j'ai dévoré ce livre que j'ai trouvé absolument magnifique. Mais c'est le seul livre que jai lu de cette auteure
et je ne sais pas si j'en lirai d'autres, tant j'ai aimé celui-ci .... J'ai peur de la déception, et je crois que c'est normal !!!


lamousme 18/04/2008 13:38

Bon moi je n'ai pas du tout aimé!!!! (quoi personne n'y croit???????? pfffffffffffffffff) bon alors ok je ne suis pas du tout originale...et j'ai bien aimé (même si ce n'est pas anglais ou 19 ème!!! ;o)))  ) et je te conseille tout comme cette chère Aelys la dame à la licorne.

Nanne 18/04/2008 20:12


J'ai retenu le conseil d'Aelys concernant La Dame à la Licorne. Dès que je le trouve, je me suis promis de le lire. Mais le coup du je-n'ai-pas-aimé-question de me faire remarquer, je
crois que ça n'aurait pas marché, même si tu avais tenté de me convaincre, Lamousmé. Je commence à connaître tes groûts littéraires et, celui-ci, devait te plaire. C'est sûr, il n'est ni anglais,
ni du 19ème Siècle, mais il est très beau, très bien écrit et terriblement romantique :o)))


pom' 17/04/2008 08:53

j'ai bien aimé ce roman, rageant contre l'egoisme du maitre envers sa domestique.

Nanne 18/04/2008 20:07


Bienvenue à toi, petit Pom. Je suis ravie de te rencontrer dans mon univers personnel. C'est un beau roman, rempli de sentiments dont l'égoïsme de Vermeer et - sans doute aussi - sa jalousie envers
la douce et tendre Griet. J'ai bien aimé les rapports qu'elle avait avec les filles du peintre, entre Cornelia, la peste, et Maegt, l'aînée, serviable et intelligente. J'espère te revoir bientôt,
ici ou là ....