Quand le jazz est là ...

Publié le par Nanne

                 Le jazz - Philippe Hucher (Librio 2€)



"S'il est un mot dont l'étymologie reste des plus floues, c'est bien le mot "jazz". Il pourrait dériver de gism / jasm, mot américain synonyme de "force", "exaltation", "sperme". Ce terme pourrait être également une déformation créole du verbe français jaser. Dizzy Gillepsie, lui, affirme que jass, dans un dialecte africain signifie "vivre à un rythme accéléré". En argot cajun, les prostituées de la Nouvelle Orléans sont nommées "jazz belles". Dans tous les cas, les relations à la danse, au langage et au corps paraît évidente".

Outre la lecture et la photographie, j'avoue un faible pour la musique en général. Et chez moi, la gamme est plutôt du genre large. Puisqu'elle s'étend de la musique classique à la pop anglaise, en passant par la chanson française. J'y trouve du bon et du moins bon. Cependant, avec le jazz, je suis toujours sûre de trouver mon bonheur auditif. Avec "Le
 jazz" de Philippe Hucher, on apprend toute l'histoire de cette musique atypique, qui a traversé le 20ème Siècle, a    connu bien des vicissitudes historiques et sociales, mais qui est toujours restée ce qu'elle est : un univers unique et libre.

A l'origine, musique africaine apportée par les esclaves en Amérique, on distingue très vite une différence entre le nord et le sud des Etats-Unis. Si dans le nord, on autorise les réunions de Noirs pour faire de la musique, dans le sud on interdit l'utilisation des instruments traditionnels par crainte d'une communication clandestine entre eux. Va aussi se développer la musique populaire négro-américaine, groupant chants religieux, de travail, de prisonniers. Tout est prétexte pour mettre de la musique dans la vie de ces personnes considérées comme sous-individus. Aux côtés du Blues et du Spirituals, va apparaître le Ragtime qui s'étendra de la guerre de Sécession jusqu'en 1920. C'est la première forme de jazz interprétée par des Blancs et exportée en Europe avant 1914.

Le jazz naîtra à la fin du 19ème Siècle, à la Nouvelle Orléans. Il deviendra un vrai carrefour culturel et métissé, reprenant le Blues, le Gospels, mais aussi la musique antillaise, les chansons espagnoles. "Tout dans cette ville est alors prétexte à la musique, des orchestres défilent dans les vieux quartiers à l'occasion des mariages, des enterrements et des carnavals. Dans les tavernes et les bordels des milices de musiciens inventent le jazz qui n'est encore qu'un magma bouillonnant aux multiples influences et origines". La Nouvelle Orléans ne sera pas la seule ville où le jazz se développera. New York et Chicago contribueront à son essor et sa reconnaissance.

Dans les années 20, à New York, se créent de grands orchestres qui deviendront l'objet de luttes entre les Blancs et les Noirs. Par opposition aux pianistes Noirs jouant le Boogie Woogie, le jazz Blanc sera surnommé Style de Chicago. Le jazz, réclamé à corps et à cris en Europe, traverse l'atlantique et atteint Londres et Paris. Louis Armstrong, Duke Ellington et Coleman Hawkins en sont les dignes ambassadeurs. En 1934, Django Reinhardt et Stéphane Grappelli enregistrent leur premier disque. "Leur musique qui résulte de la rencontre des musiques tsiganes et du jazz devient un style résistant à toutes les modes, à toutes les contraintes".

Dans les années 40, vont apparaître les voix du jazz, avec Billie Holiday. C'est une période où la musique se fait bouleversante, expressionniste et réaliste, et tranche - d'un coup - avec le Swing de Californie, créé pour divertir, faire danser et oublier la guerre. "Son chant est celui de ceux qui connaissent la misère, la violence des maquereaux de Harlem, l'alcool et la drogue, l'humiliation. Son chant, en dépit de toutes les douleurs, est celui de la liberté". 

Mais la situation des Noirs américains s'est modifiée  pendant cette même période. Beaucoup ont participé et donné de leur personne dans le conflit mondial. Un changement de mentalité s'opère. Ils veulent être reconnus comme des citoyens à part entière. Les jazzmen new yorkais seront les piliers de ce courant de revendications, avec la création du Be Bop, empreinte de délire et d'angoisse, mais aussi symbole de liberté pour cette population noire. Les années 60, marquées par un chômage de masse chez les populations des déclassés, dont les Noirs, les protestations, les revendications, les émeutes violentes, les meurtres - celui de Malcom X - vont avoir des répercussions sur le jazz. Naissance du Free jazz, qui est une remise en question et non un style nouveau. C'est l'art du rejet de la société de l'époque.

L'image du jazzman évoluera en fonction de l'histoire de cette musique. D'abord associé à la mafia de l'alcool au moment de la prohibition - dans les années 20 - il est souvent vu comme un alccolique, un drogué, un musicien maudit, un peu voyou et maquereau à ses heures, fréquentant les bas-fonds et jouant sa musique pour les indigents. "[...] le jazz est découvert par l'Europe dans les années 1920. Musiciens (Poulenc, Stravinsky, Milhaud), écrivains (Cendrars, Soupault, Prévert), ce sont des intellectuels qui, les premiers, vont s'enflammet pour ce mode d'expression qui n'est déjà plus seulement primitif". Aujourd'hui, les jazzmen sont des intellectuels et des musiciens complets, ouverts sur un monde en perpétuel mouvement.

"Le jazz" de Philippe Hucher nous entraîne dans un monde fait de musique métissée, improvisée, transformée, multiforme et protéiforme, intemporelle et universelle. C'est un très bon ouvrage de vulgarisation sur l'histoire d'une musique restée longtemps confidentielle. Cet ouvrage nous apprend l'essentiel, sans jamais tomber dans le vocabulaire technique et rédhibitoire pour les néophytes. On y découvre les grands noms du jazz de ses origines à nos jours, avec une discographie et une bibliographie non exhaustives sur le jazz.

Publié dans Documents

Commenter cet article

Florinette 04/11/2007 11:31

Magnifique cette vidéo et en plus je ne connaissais pas ce petit livre, je vais vite en prendre note, car mon mari est un grand amateur et joueur de Jazz et je sens que ça devrait lui plaire, merci et bon dimanche Nanne !!

Nanne 04/11/2007 21:15

J'ai découvert ce petit livre - inédit - dans la collection Librio 2€ par hasard, en fouinant dans une librairie. Je suis tombée dessus et comme je suis une passionnée du jazz, j'ai voulu le lire. Je n'ai pas été déçue car c'est un ouvrage de vulgarisation qui se lit très bien et très vite, avec des références à des jazzmen que tout le monde connaît ou presque. En fait, c'est l'histoire du jazz, comment et où il est né, dans quelles condition, comment il a évolué. Il y a des références bibilographiques et discographiques, ainsi qu'un panorama sur les différents festivals de musique jazz ... Que du bonheur en swing !!!

lamousme 02/11/2007 00:07

quelle musique!!!!!! j'adore!!!! ;o)

Nanne 04/11/2007 21:10

Tu n'es pas la seule à aimer cette musique que je considère comme l'une des plus belles jamais créée ... Elle sait se faire envoûtante ou hurlante, sensuelle ou agressive, douce et passionnée ... C'est un bonheur dont je refuse de me lasser dans ma vie o)))