Quand on n'a que l'amour ...

Publié le par Nanne

Ardèle ou la Marguerite - Jean Anouilh (La table ronde)

Le bon sens populaire rappelle souvent que l'amour est aveugle, comme pour bien marquer que chacun a le droit aux flèches décochées par quelques petits chérubins, messagers de l'amour. Il touche tout un chacun - un jour ou l'autre - que l'on soit beau ou laid, jeune ou vieux, grand, petit, maigre, gros, blond, brun ou roux, intelligent, naïf ... La liste est longue est non exhaustive.

C'est ce que l'on pourrait dire et répéter à Ardèle, personnage de la pièce de Jean Anouilh "Ardèle ou la Marguerite". A 40 ans, Ardèle découvre les joies de l'amour auprès du précepteur de son neveu, Toto. Son frère, le Général, décide derechef de convoquer un conseil de famille restreint. Il veut évoquer l'affaire, qu'il juge pénible, confidentielle et scandaleuse à la fois, afin de prendre les bonnes mesures. En attendant, le Général l'a enfermée à clé dans sa chambre.

Pourquoi Ardèle est-elle considérée comme une personne incapable d'aimer et d'être aimée, à son âge ? "Mais Ardèle est une infirme. Elle est âgée - enfin, je veux dire, elle n'a plus l'âge de ... - d'ailleurs l'âge n'y fait rien. Mais dans sa situation, avec son état de santé ... Enfin jamais, quand elle avait vingt ans, Ardèle n'a songé qu'elle pourrait se marier. Elle savait bien que personne ... Je vais être cruelle, mais, bien qu'elle ait un assez charmant visage ... Qui, d'ailleurs, aurait-pu ?".

Bien sûr, Ardèle est bossue, vieille fille, romanesque et ... très riche. A son âge, enfin majeure, l'amour frappe à sa porte. Elle décide de ne pas le laisser passer et de s'envoler avec l'élu de son coeur. Enfin, elle le voudrait. C'est sans compter sur toute sa famille qui - pour cette fois - fait cause commune contre son bonheur tout neuf. Tous s'opposent à ce qu'Ardèle effeuille la marguerite et s'offusquent parce qu'elle est tombée amoureuse comme une jeune fille.

Presque tous s'efforceront de la faire renoncer à son projet de bonheur. Sauf Nicolas, son neveu et 2ème fils du Général. "Tante Ardèle ! C'est Nicolas. Tenez bon. Moquez-vous d'eux. Moquez-vous de ce qu'ils appellent le scandale. Aimez, tante Ardèle, aimez qui vous voulez. Ne les écoutez pas. S'ils ne vous disaient pas que vous êtes trop vieille et bossue, ils vous diraient que vous êtes trop jeune. Mais de toute façon, ils essaieraient de vous empêcher d'être heureuse et d'aimer".

Nicolas, amoureux transi et malheureux de Nathalie, sa belle-soeur. Parce qu'il connaît les douleurs de l'amour tué dans l'oeuf, il prendra fait et cause pour sa tante. Mais les autres membres de la famille, pourquoi refuser à Ardèle ce que la vie leur a autorisé ? Tout simplement parce qu'il ne peut être question d'amour entre deux êtres difformes. Pour des personnes normalement constituées, l'amour n'est que le privilège de la beauté.

Et ceux qui s'érigent en censeurs, qui sont-ils ? Il y a le Général, coureur de jupons et dont les frasques conjugales ont entraîné sa femme dans la folie, sa soeur, la comtesse, nantie de son mari - Gaston - et d'un grand ami de la famille, le baron de Villardieu, qui n'est autre que l'amant officiel de la comtesse. Au travers d'"Ardèle ou la Marguerite", Jean Anouilh n'épargne rien, ni personne et surtout pas les bonnes moeurs des vieilles familles bourgeoises. Les personnages, qui se croient investi d'une quelconque mission de protection sur une personne jugée irresponsable de ses actes parce que que bossue, sont tous en quête d'un amour vrai, réel et authentique. Cet amour n'existe pas - ou plus - pour eux. Ils cherchent à détruire ce rêve chez ceux qui pourraient y accéder.

C'est en tout cela qu'"Ardèle ou la Marguerite" est une pièce grinçante, avec une sérieuse dose d'humour. Humour, certes, mais noir ... "Que peut-elle savoir de l'amour ? - De l'amour, comme vous l'entendez, comme je l'entends, comme l'entendent le général, Villardieu et Nathalie, rien peut-être. Mais de l'amour, comme l'entend Ardèle, tout, sûrement ... Et qui peut dire si ce n'est pas précisément cela, l'amour ?".

Publié dans Théâtre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

michael flame 23/02/2007 23:03

J'oubliais : à lire en écoutant "Dites-moi" de Michel Jonasz!
Tragiquement,
MF

michael flame 23/02/2007 23:01

"Quelqu'un de plus doué que moi a écrit que l'amour véritable est celui qui n'est pas partagé" Renato Amoroso, dans Malena, film italien de Giuseppe Tornatore
Autobiographiquement,
MF

Nanne 24/02/2007 08:14

Ce que cet auteur italien a dit est bien vrai... C'est le seul amour dont on peut mesurer la force et la qualité.