Charmes et mystères du Japon

Publié le par Nanne

Ma première journée en Orient
Lafcadio Hearn
- (Folio 2€ n° 4668)



"Le premier charme du Japon est intangible et volatil comme un parfum. Il commença pour moi avec ma première promenade dans un kuruma qui m'emmena hors du quartier européen de Yokohama vers la ville japonaise. Et je note ici tout ce que je puis me rappeler".

Quoi de mieux qu'un kuruma, pousse-pousse tracté par un kuruyama, pour découvrir toutes les beautés de cette ville japonaise ? C'est le moyen de locomotion que choisi Lafcadio Hearn pour profiter au mieux des perspectives de cette ville, de ses rues, des personnes, des maisons et des devantures de magasins. Pour l'occidental qu'il est, sa première impression est que tout est minuscule, miniature, dans ce pays. A commencer par ... les pieds des habitants qui le marquent beaucoup. "Je remarque que les pieds des passants sont petits et beaux : pieds bruns et nus des paysans, ou bien pieds charmants d'enfants portant de minuscules geta, ou encore pieds de jeunes filles dans des tabi immaculés.
[...] Chaussé ou non, le pied japonais a la symétrie antique ; il n'a pas été encore déformé par les infâmes chaussures qui ont abîmé les pieds des Occidentaux".

Après les pieds, c'est la découverte des idéogrammes japonais. Chaque rue est embellie et
peuplée de ces caractères aussi expressifs que peuvent l'être des visages humains. C'est l'imagination qui régit l'art de la calligraphie. Chaque artiste s'efforce de les rendre plus beaux, plus harmonieux que les autres. "Ils ne comprennent qu'un certain nombre de coups de pinceau, mais chacun est tracé avec un art secret et inimitable de la grâce, de la proportion qui lui prête l'aspect de la vie [...]".

Par la grâce de Cha, son kuryama, c'est la révélation - magique et merveilleuse - d'un temple bouddhiste, peuplé de gargouilles, de dragons et des deux lions de Bouddha. Puis, après cette
première rencontre avec la tradition bouddhiste, c'est au tour du temple Shintô. Et c'est la vision, splendide, d'un bouquet de cerisiers japonais. Vision merveilleuse et onirique d'un brouillard de fleurs blanches qui ressemblent à si méprendre à des nuage d'été. Ce sont la grandeur spirituelle et la beauté des lieux qui l'éblouissent le plus l'auteur dans ce sanctuaire. "La majesté des arbres demeurent stupéfiante ; la perpective de l'avenue est grandiose, et les vastes espaces de bosquets et de jardins à droite et à gauche sont encore plus imposants que je ne l'avais cru".

"Ma première journée en Orient" de Lafcadio Hearn est une petite madeleine à la mode de Proust. C'est un petit livre bonheur avec une découverte du Japon comme on ne le verra que trop rarement. C'est un livre poétique écrit par un amoureux
de l'Orient. Il nous raconte son séjour au Japon, en versificateur et en voyageur éternel qu'il est. Son écriture légère permet de faire ressentir toute la beauté, la splendeur et la magie de cette région du monde. C'est un instant d'extase, un ensorcellement de couleurs, d'odeurs, de bruits, de vie auquel nous convie l'auteur à travers ces quelques pages. On se laisse conduire par la main à travers ces ruelles étroites et surpeuplées. On visite avec l'auteur une multitude de temples bouddhistes et shinthoïste, et on partage les joies de ces  dévoilements féeriques et paradisiaques.

Publié dans Classiques étrangers

Commenter cet article

sybilline 26/06/2008 10:18

Merci, Nanne, et ma LAL te remercie également pour ce xème petit frère !

Nanne 29/06/2008 21:53


Si cela peut te rassurer, ma LAL et ma PAL explosent aussi grâce aux lectures sur les blogs :o)))


sybilline 24/06/2008 19:55

Ce voyage en poésie me tente énormément !( ma seule réserve à priori est destinée à l'harassante tâche de ce pauvre kuryama..)

Nanne 25/06/2008 21:19


C'est une très belle découvert d'un auteur que je ne connaissais pas du tout, Sybilline. Cette vision du Japon est absolument magique, très poétique et ressemble presque à une estampe tout en
finesse et délicatesse ... Un vrai moment de bonheur. Je te rassure, ce pauvre Kuruyama est très bien traité par l'auteur.